Rechercher
  • Marie

En fait c'est moi qui ai fabriqué la boîte...


J’ai toujours été passionnée par la nature. Petite, j’aimais collectionner à peu près tout ce que je trouvais dehors, j’aimais toucher à tout, découvrir, prête à en payer le prix fort de quelques piqûres d’abeilles ou d’orties.

Mini Marie dans les montagnes

Mais quel était cette chose qui m’animait tant ? Pourquoi cette envie de crapahuter, frénétique et incessante ?


En grandissant je n’ai pas trouvé le mot. Mais j’ai continué mes explorations. J’ai voyagé, fait des rencontres, des expériences, sans jamais m’en lasser.


Et pourtant, ce mot était sous mon nez : "curiosité".





Il y a un an, en Août 2018, j’ai fait un stage bénévole au Muséum d’histoire naturelle de Paris, dans l’atelier de paléontologie. J’y ai vécu un rêve d’une quinzaine de jours, le temps s’est à la fois suspendu et a filé à la vitesse de la lumière. J’ai travaillé sur un spécimen de dinosaure encore inconnu du public, trouvé quelques années auparavant en Afrique. La mission : mouler les os fossiles de ce specimen, pour en faire une réplique en résine, une copie qui permettra à n’importe quel chercheur de venir observer les détails sur celle-ci, ce qui limitera les manipulations du fossiles original pour des raisons évidentes de conservation. J’étais tellement heureuse et enrichie par cette expérience, que j’en ai fait une petite vidéo, où j’expliquais ce que j’avais vécu, de manière vulgarisée et rigolote. Juste pour mes amis et ma famille.



Et là a été le déclic. Tout le monde était hyper enthousiaste de ce format vidéo, et on m’a poussée à continuer. J’avoue qu’au début je n’étais pas totalement à l’aise avec la caméra.


Mais pourquoi pas.


Je ne savais peut-être pas me mettre devant la caméra, mais j’ai en revanche toujours eu beaucoup d’imagination et j'ai toujours aimé des histoires. Comment raconter toutes ces choses passionnantes sans passer par un format documentaire classique, et sans passer par un format face caméra ? Comment faire rêver les gens comme je rêve au quotidien en découvrant et apprenant de nouvelles choses ?


J’étais un peu blasée par mon quotidien après mon stage. Je suis retournée à une routine de vie normale, dans un job qui m’ennuyait. Quoi de mieux que son imagination pour se sortir de tout ça ?


Je me suis mise à observer les gens, autour de moi, tout le temps. Beaucoup sont sur leurs téléphones. Au musée, les gens font la queue pour prendre des photos qu’ils ne regarderont plus jamais par la suite. Les réseaux sociaux aspirent et diffusent un tas de fausses informations, qu’on avale comme des vérités. On regarde des flux photos de vies de gens qu’on effleurera jamais, on se construit des idéaux faussés et au fond, très vides. J’avoue avoir eu une certaine prise de conscience, et j’ai même pris peur, parfois de tout ça.


Et puis j’ai pensé au mythe de Pandore. Ce coffret qui, ouvert, par Pandore a déversé tous les maux de l’humanité. Bah oui Pandore, la curiosité est un mauvais defaut, on t’avait prévenue. Mais en fait...


Et si ...


Et si une boite remplie de connaissances, était, des décennies apres le mythe de Pandore, ouverte et deverserai un flot de curiosités de manière magique ? Histoire de faire un pied de nez à Pandore, et à ce vieil adage qui nous dit de garder notre curiosité au fond du placard.

J’ai commencé à m’accrocher à des chaînes Youtube de vulgarisation, scientifiques, historiques. J’ai trouvé ça très frais, juste et nature.

Mais suis-je vraiment légitime à créer du contenu vidéo sans être pour autant chercheur ou thesarde ? A moi de me donner les moyens, et puis après tout : je suis curieuse.

Alors puisqu’il faut foncer, j’ai commencé par faire ce que j’aime le plus au monde : sculpter, et mettre en volume. J’ai donc construit un coffret en bois, que j’ai recouvert de résine à sculpter.



Cinq faces. Je n’ai rien dessiné, j’ai tout fait à l’instinct. Le soleil, la lune, deux symboles de l’éveil et de l’endormissement. Ouvre les yeux et rayonne ! Dans ce cosmos originel, j’ai trouvé ça fort. Une face avec un fossile de petit dinosaure, qui rappelle que c’est en fouillant, en creusant, qu’on trouve souvent des choses hors du commun. Pas de trésor sans travail. Et ça rappelait le declic de mon stage au Muséum. Une face avec les organes humains, car c’est bien de l’humain dont il est question. Ce coeur qui nous a été donné doit guider notre curiosité, notre corps est le vaisseau qui nous permet davoir une expérience de vie si sensible et développée, intense. Le corps est l’outil principal de notre curiosité ! Une face plus abstraite, remplie de textures et de couleurs. Javais envie de donner envie de toucher, et de faire un rappel a cette nature qui nous offre tant de diversité, qu’il faut découvrir au quotidien ! Une dernière face, plus noire, aux aspects de vanité, permet de clore cette ambiance sur une touche un peu plus mystérieuse.


J’ai ensuite tout peint à la main, j’ai ajouté des matières comme du verre coloré et de la mousse végétale stabilisée, et j’ai patiné le tout pour donner au coffret un aspect vieilli, comme si il avait traversé les âges...




Cet objet a été le catalyseur par la suite, de tout l’univers mystérieux qui entoure la boîte. J’ai eu des images, ayant cette boite dans les mains, comme une enfant qui se raconte un scenario. L'immersion fut totale grâce à elle. J'ai commencé à imaginer une histoire de légende, et un univers magique qui la porterai...


Et si on disait que cette boîte recèle la qualité d’être curieux, vertu un peu perdue et estompée par notre monde vibrant de virtuel et de divertissement multimédia. Elle pourrait donc son possesseur à chercher, vivre, explorer, sentir, rencontrer.... Et si on imagine que ce possesseur c'est moi et comme ça je monte une chaîne Youtube et je diffuse de la connaissance vulgarisée et rigolote? Non, j'oserai jamais. Sauf si .... Je suis curieuse de voir ce que ça pourrait donner .


Restez curieux en vous abonnant à la newsletter !

© La Boite à Curiosités, COPYRIGHT, 2019 by Marie