Rechercher
  • Marie

L'ornithorynque, beaucoup plus chelou que le plus chelou de tous les animaux.

Ah l'ornithorynque, ce joyeux bordel !


Vous étiez tellement nombreux à me la demander cette vidéo que j’ai fini par céder sous la pression : hier est sorti un nouvel épisode de « Elle est pas belle la nature » sur l’ornithorynque ! Un drôle d’animal qui sait susciter l’étonnement et la fascination, car ses caractéristiques insolites plutôt nombreuses. Bon et j’avoue, j’avais surtout beaucoup trop envie d’en savoir plus à son sujet et d’enfin me concevoir un costume inspirée de cette bestiole hors du commun. Avant de lire ce billet je vous conseille donc de visionner ma vidéo (ça vous prendra 4mn chrono) pour avoir un certains nombres d’informations à son sujet et mieux savourer la suite de l'article :



Alors, c'était bien non ? Surtout le passage où je fais une montée de lait avouez ?


Bref, pardon, je m'égare ! Alors d’abord on dit l’ornithorynQUE, et pas l’ornithorinX (oui plusieurs fois on m’a dit ça haha). Du coup, on va parler étymologie pour commencer. Enfin, je veux dire d'étymologieS. Bah oui, parce qu’on se demande souvent ce qu’est l’étymologie de tel ou tel mot mais en fait il y en a plusieurs versions... Intéressons nous donc au cas de l’ornithorynque, ou Ornithorhyncus anatinus... Ou encore Platypus en anglais. - Etymologie grecque

Ornithorynque : « Bec d’oiseau »

Ornitho : de ornithos > l'oiseau

Rhynque : de rhunkhos > le bec


- Etymologie latine

Anatinus : littéralement « ressemblant à un oiseau »

- Etymologie anglaise

Platypus : « plat »

Pus : du grec pous : pied / patte

Autant vous dire que ça nous donne quelques indices sur le mindfuck qu’est l’animal. À chaque étymologie sa caractéristique physique préférée allez hop ! Car lorsqu’on regarde un ornithorynque, on est tellement déboussolé que pour se rassurer on cherche à grossir un trait d’animal qu’on connait bien dans nos esprit. On le comparera donc la plupart du temps à un canard avec son « bec » et ses pattes palmées, a une loutre avec son pelage, ou encore a un castor avec sa queue. Poor thing... Ça mérite bien une petite pause GIF ornito-mignonne pour vous rappeler à quel point il est choupi.



Pour tout vous dire, le zoologiste britannique Georges Shaw fut tenter de croire a une blague quand il reçut la première taxidermie d'ornithorynque en 1799 : « Ce spécimen donne naturellement l’idée d’une préparation trompeuse assemblée par des moyens artificiels » écrivait-il. Cela parait surprenant mais à l’époque, faire des mix d’animaux un peu chelous avec plein de parties d’animaux différents, c’était l’équivalent de notre photoshop à nous quand on veut se troller les uns les autres sur internet...



Première description de l'ornithorynque par George Shaw dans "The Naturalist's Miscellany"

Bon du coup je ne vais pas vous répéter les informations dont vous avez pu vous délecter dans ma vidéo ! Je fais quand même un petit topo pour ceux qui sont au fond de la classe là, oui je vous vois : pour résumer l’ornithorynque est un mammifère ovipare monotrème (comme les echidnés)... Wait. Un mammifère qui pond des oeufs? Beh oui, car Alexandre Brongniart qui créa en 1792 le mot français « mammifère » (littéralement : qui porte des mamelles) ne connaissait à l’époque pas encore les échidnés et l’ornithorynque, qui n’en possèdent pas. C'est pas sa faute le pauvre vieux. Bon allez, du coup je craque, voici un GIF d'échidné parce que oui c'est mignon aussi.


Et si vous pensez ça fait déjà beaucoup pour un seul petit animal de 40cm et 2kg, croyez moi, vous n'êtes pas au bout de vos surprises.... Ma vidéo permettait d’introduire les premières drôleries à propos notre ornithorynque préféré, mais il a encore de quoi nous faire tourner la tête... Prêts ?


  1. Quand les ornithorynques avaient des dents


Alors c’est sûr que quand on contemple un crâne d’ornithorynque, pas de dents à l’horizon. Et pourtant, en lisant une description anatomique de l’animal, j’apprends que lorsqu’il est jeune il présente des « vestiges » de dents. Au début de leur vie, les ornithorynque possèdent 1 prémolaire et 2 molaires dans chaque maxillaire et 2 à 3 molaires dans chaque mandibule. Ces petites dents se résorbent ensuite et sont remplacée par des genre de « blocs » kératiniques peu de temps après la sortie des jeunes ornithorynques du terrier de nidification. Ces blocs vont permettre notamment de dépiauter les proies (petits crustacés et insectes) de leurs carcasses. En observant son génome les scientifique ont découvert que les gènes codant les protéines de l’émail sont présents, ce qui explique la présence de dents chez les jeunes.


Les blocs de kératine bien visibles / Smithsonian's NMNH

Et les ancêtres des ornithorynques actuels semblent bien avoir eu des dents ! Une équipe de chercheurs de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud a identifié en 2013 grâce à une molaire découverte sur le site de Riversleigh, dans le nord-ouest du Queensland, une nouvelle espèce qu’ils ont baptisée Obdurodon tharalkooschild. Pour info, sachez que le nom de genre Obdurodon signifie « dent endurcie » en grec ! Et le terme tharalkooschild provient d’une légende aborigène qui raconte la naissance du premier ornithorynque, oeuvre d’un croisement entre Bigoon, un rat d'eau australien mâle, et Tharalkoo, une cane…




Et en mesurant la dent, les scientifiques ont estimé que l'animal qui vivait il y a 5 a 15 millions d’années devait mesurer environ un mètre de long, soit à peu près deux fois la taille des ornithorynques modernes ! Obdurodon tharalkooschild a donc rejoint Obdurodon dicksoni dont on connaissait déjà l’existence et qui aurait vécu il y a 15 à 19 millions d’années. Voici donc un comparatif entre un crâne d'ornithorynque moderne et celui d'un Obduron dicksoni pour que vous puissiez voir la différence concrète :



Crâne d'Ornithorhynchus anatinus / M.Usser et M.Archer
Reconstitution de crâne d'Obdurodon dicksoni

2. L’ornithorynque porteur d’espoirs thérapeutiques


Je vous en parle dans ma vidéo, l’ornithorynque n’a pas de mamelles. Il dispose en fait de pores au niveau de son abdomen qui sécrètent du lait et qui va glisser le long de ses poils et que les petits viennent alors lécher. D'ailleurs lors de nos recherches pour la vidéo toujours bien accompagnée de mon très cher Pierre Kerner, nous sommes tombée sur un documentaire des années 70 montrant précisemment où et comment le lait sue des poils de l'ornithorynque. On voit bien la zone centrale plus brune au centre de l'abdomen (qui est ensuite tondue). J'en ai donc fait un GIF (assez horrible en vrai) que voici :



C'est beau hein ? L'intégralité de ce documentaire intitulé "COMPARATIVE BIOLOGY OF LACTATION" est à retrouver ici (âme sensibles s'abstenir, quelques passages bien dégueu).


Revenons à notre lait magique ! Mais alors ce liquide là, exposé en plein air euuuuh, on fait comment niveau risque de bactéries ? Et bien figurez vous que les scientifiques ont découvert que ce précieux liquide a des propriétés antimicrobiennes juste hallucinantes ! Comme ça les bébés sont protégés de tout risque de contamination. Et ça on le doit a une protéine qui a des propriétés antibactériennes uniques : la Shirley Temple protein (oui comme l'actrice qui a des boucles comme la jolie protéine).


La Shirley Temple protein

Les scientifiques savent maintenant qu'elle dispose d’un spectre large, et qu'elle est capable de tuer ou d'inhiber la croissance de bactéries. Pour poursuivre, l’équipe scientifique a même suggéré que nous pourrions peut-être répliquer cette protéine afin d’élaborer de nouveaux médicaments antibiotiques, car aujourd’hui nous faisons de plus en plus face à des super bactéries résistantes aux antibiotiques. Et l’ornithorynque avait déjà fait parler de lui niveau espoirs de traitements quand en 2016 des chercheurs ont découvert que l’hormone contenue dans son venin pouvait peut-être nous aider à développer de nouveaux types de traitements contre le diabète... SWAG. Ça vous dit encore une petite pause de mignonnerie ? Allez hop, voici une des rares images de naissance d'ornithorynque.


3. L’ornithorynque brille dans le noir ! (ou presque)


C’est l’histoire d’un biologiste américain du Northland Collège dans le Wisconsin qui prend une taxidermie d’ornithorynque et qui décide de la placer sous une lampe UV et là POUF, un camaieu de vert, de rose et de cyan. Excentrique la bête ! Sous la lumière ultra violette l’ornithorynque nous dévoile sa bio-fluorescence... Mais à quoi ça sert ?


Cette biofluorescence est utilisée par de nombreux poissons, reptiles… Mais aussi des mammifères comme certains écureuils volants ou des opossums. Et l'équipe de recherche ayant découvert le manteau coloré invisible de l'ornithorynque n'en est pas à son coup d'essai car les scientifiques avaient déjà fait des découvertes similaires sur un autre animal : le polatouche (un écureuil volant).


Glaucomys volans sous UV (à droite) / Jonathan Martin

Je ne vais pas vous cacher que sur le "à quoi ça sert" ça va être compliqué d'apporter une réponse précise. Le débat est encore assez ouvert sur cette fonction, et du pain sur la planche s’annonce ! Chez Glaucomys volans, dont la couleur apparait rose bonbon sous UV, les scientifiques pensent que cela pourrait être utile pour se camoufler la nuit au milieu de lichens disposant de la même capacité, ou encore qu’ils pourraient même imiter certains hiboux et chouettes dont le ventre émet une lumière fluorescente rose vif pour éviter de se faire croquer… Bref autant vous dire que pour l’ornithorynque, la découverte venant de tomber il y a quelques semaines, impossible d'en savoir plus pour le moment. Mais cela suscite déjà un vif engouement autour d’une question cruciale : la découverte de la bio-fluorescence chez l'ornithorynque ajoute une nouvelle dimension à notre compréhension de ce trait chez les mammifères. Ayant été observée chez certains écureuils volants (placentaires), opossums (marsupiaux) et chez l’ornithorynque (monotrèmes), les scientifiques se demandent si la bio-fluorescence serait un trait ancestral commun à tous… Affaire à suivre.



J’espère que ce doux billet de blog vous aura fait découvrir quelques bizzareries moins célèbres chez l’ornithorynque, animal si fascinant qui semble ne pas avoir tout dévoilé de ses mystères. Je rappelle qu’il est aujourd’hui quasi menacé d’extinction. Les chercheurs estiment que si les menaces actuelles se maintiennent, les populations d'ornithorynques pourraient s'effondrer de 47 à 66% au cours des 50 prochaines années…



Chérissons donc notre nature si précieuse, qui n’a pas terminé de nous étonner et nous faire rêver ! Comme ça je pourrais continuer à faire des articles de blog et des vidéos bizarres, mais toujours dans le but de vous faire découvrir la nature sous un oeil insolite, surprenant, et attachant !





A très vite mes petits scarabées,

Marie


_____

N'hésitez pas à partager mon travail, vous abonner à ma chaine Youtube, mon Twitter et Instagram pour plus de nature insolite au quotidien !


https://www.youtube.com/laboiteacuriosites

https://twitter.com/curiosiboite https://www.instagram.com/laboiteacuriosites/


Et si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à me soutenir également sur Utip, cela m'aide énormément !


https://utip.io/laboiteacuriosites

____


Sources : - L'ornithorynque, une blague ?


https://www.washingtonpost.com/news/speaking-of-science/wp/2015/04/01/the-platypus-is-so-weird-that-scientists-thought-the-first-specimen-was-a-hoax/


- "The Naturalist's Miscellany" de Georges Shaw


https://www.biodiversitylibrary.org/page/40321089#page/239/mode/1up


- Le génome de l'ornithorynque (et le gène de protéines de l'émail des dents)


http://ipubli-inserm.inist.fr/bitstream/handle/10608/6309/MS_2008_11_918.html


- Petite histoires des fossiles d'ornithorynques


https://www.nature.com/news/2008/080121/full/news.2008.517.html


- Super lait d'ornithorynque


https://trustmyscience.com/lait-ornithorynques-pour-nous-aider-a-lutter-contre-superbacteries-resistantes-aux-antibiotiques/


https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/03/25/l-ornithorynque-sauveur-de-l-humanite_5276196_1650684.html


- L'étude récente sur la bio-fluorescence des ornithorynques


https://www.degruyter.com/view/journals/mamm/ahead-of-print/article-10.1515-mammalia-2020-0027/article-10.1515-mammalia-2020-0027.xml?tab_body=abstract




_____


#science #ornithorynque #cds #cafédessciences #vulgarisation #nature #blog

Restez curieux en vous abonnant à la newsletter !

© La Boite à Curiosités, COPYRIGHT, 2019 by Marie