Rechercher
  • Marie

L'ornithorynque, beaucoup plus chelou que le plus chelou de tous les animaux.

Ah l'ornithorynque, ce joyeux bordel !


Vous étiez tellement nombreux à me la demander cette vidéo que j’ai fini par céder sous la pression : hier est sorti un nouvel épisode de « Elle est pas belle la nature » sur l’ornithorynque ! Un drôle d’animal qui sait susciter l’étonnement et la fascination, car ses caractéristiques insolites plutôt nombreuses. Bon et j’avoue, j’avais surtout beaucoup trop envie d’en savoir plus à son sujet et d’enfin me concevoir un costume inspirée de cette bestiole hors du commun. Avant de lire ce billet je vous conseille donc de visionner ma vidéo (ça vous prendra 4mn chrono) pour avoir un certains nombres d’informations à son sujet et mieux savourer la suite de l'article :



Alors, c'était bien non ? Surtout le passage où je fais une montée de lait avouez ?


Bref, pardon, je m'égare ! Alors d’abord on dit l’ornithorynQUE, et pas l’ornithorinX (oui plusieurs fois on m’a dit ça haha). Du coup, on va parler étymologie pour commencer. Enfin, je veux dire d'étymologieS. Bah oui, parce qu’on se demande souvent ce qu’est l’étymologie de tel ou tel mot mais en fait il y en a plusieurs versions... Intéressons nous donc au cas de l’ornithorynque, ou Ornithorhyncus anatinus... Ou encore Platypus en anglais. - Etymologie grecque

Ornithorynque : « Bec d’oiseau »

Ornitho : de ornithos > l'oiseau

Rhynque : de rhunkhos > le bec


- Etymologie latine

Anatinus : littéralement « ressemblant à un oiseau »

- Etymologie anglaise

Platypus : « plat »

Pus : du grec pous : pied / patte

Autant vous dire que ça nous donne quelques indices sur le mindfuck qu’est l’animal. À chaque étymologie sa caractéristique physique préférée allez hop ! Car lorsqu’on regarde un ornithorynque, on est tellement déboussolé que pour se rassurer on cherche à grossir un trait d’animal qu’on connait bien dans nos esprit. On le comparera donc la plupart du temps à un canard avec son « bec » et ses pattes palmées, a une loutre avec son pelage, ou encore a un castor avec sa queue. Poor thing... Ça mérite bien une petite pause GIF ornito-mignonne pour vous rappeler à quel point il est choupi.



Pour tout vous dire, le zoologiste britannique Georges Shaw fut tenter de croire a une blague quand il reçut la première taxidermie d'ornithorynque en 1799 : « Ce spécimen donne naturellement l’idée d’une préparation trompeuse assemblée par des moyens artificiels » écrivait-il. Cela parait surprenant mais à l’époque, faire des mix d’animaux un peu chelous avec plein de parties d’animaux différents, c’était l’équivalent de notre photoshop à nous quand on veut se troller les uns les autres sur internet...



Première description de l'ornithorynque par George Shaw dans "The Naturalist's Miscellany"