Rechercher
  • Marie

Les secrets du Martinet noir

Aujourd’hui c’est la journée mondiale du Martinet ! Fondé par les associations Faune Alfort, la LPO, la Jane Goodall fondation et Bleu Martinet, c’est une journée qui permet de lever le voile sur ce petit oiseau qui nous cotoie mais qui reste finalement assez méconnu ..



Mais non voyons, pas celui là… Tu sais, celui qui vole dans le ciel avec ses petits cris stridents et qui fait de la voltige au ras des murs ! Tu me diras celui-ci aussi il risque de te mettre une bonne claque vu ses super-capacités ! On l’appelle parfois l’Arbalétrier, la faucille … Et bien sache que ce petit oiseau, on l’aperçoit souvent mais on a rarement l’occasion de le voir de près. Car il ne se pose jamais au sol, d'ailleurs Apus apus (du latin Apus qui signifie "sans pieds"), a des petites pattes très courtes ne lui permettant pas de se déplacer au sol. En ce moment on peut facilement les observer dehors, il te suffit de lever un peu les yeux et le soir tombé, ils font les fous au dessus de nos têtes.


De plus, sur une année entière, on ne les voit pas non plus beaucoup puisqu'ils migrent loin pour hiverner pour aller de l'Europe à l'Afrique subsaharienne et ne passe donc par chez nous que du printemps à l’été.


En allant à la rencontre de l’association Faune Alfort, dans le centre d’élevage des juvéniles situé à Chennevières sur marne, j’ai pu rencontrer ce drôle d’oiseau. Je m’attendais à un animal très vif, peureux, comme beaucoup d’oiseaux en centres. Mais là, surprise… Je me suis retrouvée bec à bec avec un oiseau noir ébène, calme, au regard profond. Tu as déjà eu la sensation qu’un oiseau te regardais droit dans les yeux? Non parce que ça parait bête, mais c’est ce qui est frappant avec le Martinet noir. C’est un curieux, un observateur. Son regard transperce et étonne. J’ai été bluffée de le voir se laisser allègrement manipuler par les personnes du centre.



J’ai pu rencontrer un deuxième drôle d’oiseau sur place : Céline, qui gère et s’occupe de ses Martinets d’une main de maître ! C’est une passionnée, une amoureuse de ces oiseaux. Elle les connait par coeur, les soigne, les écoute. Quand Céline quitte la pièce, les oiseaux s’agitent et émettent des sons stridents, c’est vraiment la maman ici. Elle me raconte avec des paillettes dans les yeux comment elles les imagine voler dans le ciel, comment ils tissent des liens entre eux ou avec elle, comment ils se papouillent, comment les mystères de cet oiseau seront peut-être jamais élucidés…


Car oui, cet oiseau qui peut paraitre commun, est en fait complètement extraordinaire. Il accumule tellement les exploits qu’on pourrait s’en arracher les cheveux, ça dépasse l’entendement. Comment un si petit oiseau peut-il exploser des records de vitesse aussi incroyables et maitriser aussi bien ses cabrioles aériennes, avec un si petit corps léger ? Petit corps, certes, mais qui relève d’un véritable machine volante frôlant la perfection. Viens, je t'explique !



Les secrets anatomiques du Martinet :


- La queue : tel un gouvernail, elle lui permet de donner la direction en s’adaptant aux différentes vitesses ! Il peut l’affiner pour la rendre plus aérodynamique en cas de grande vitesse, la mettre en position droite pour la chasse et le voyage, ou la déployer en triangle en cas de freinage brutal ou de virage acrobatique. Habile !

- Le corps : mince et fuselé, en forme de torpille, c’est la forme idéale pour percer le ciel !


- Les pattes : courtes, il ne s’en sert que pour s’agripper parfois à des parois (en cas de tempête par exemple) mais elles ne lui servent pas à marcher, seulement à ramper gauchement. Elles servent aussi à se castagner dans les airs, lorsque la compétition est rude lors de la recherche d’une cavité pour nicher. Dans tous les cas, elles restent assez discrètes et optimisent la percée dans les airs !

- Une musculature ultra résistante : elle lui permet de pouvoir rester en vol plus de 7000 heures non stop, sans jamais faillir ! Elle permet des battements d’ailes frénétiques et agit comme un vrai moteur ! Au passage, sache que le Martinet noir ne se pose que 2 mois par an, pour se reproduire et nicher, sinon, il reste en vol. Il dort, se nourrit, fait sa toilette en vol. Et encore, Céline du centre m'a expliqué que le Martinet arrive à maturité sexuelle à 4 ans, donc on le suspecte de ne jamais se poser les 4 premières années de sa vie ...!

- Ses ailes : en forme de faux, comme des sabres qui fendent l’air, elles sont le secret de sa vitesse. Le Martinet positionne ses ailes perpendiculaires au corps jusqu'à leur repliement à 50 ° vers l'arrière. Pour virer serré en volant vite, il replie ses ailes car les efforts seraient suffisants pour les casser si elles étaient déployées ! Il peut donc « plier » ses ailes et les maitrise comme d’extraordinaires voilures. Ils sait aussi utiliser le vol à voile en se faisant porter par des ascendances thermiques jusqu'à des hauteurs entre 2000 et 3000 mètres où il évolue à vitesse réduite, leur permettant notamment de dormir en volant.

- Sa tête : courte, elle est encastrée dans ses épaules, pour plus d’aérodynamisme. Son bec est ultra court, fin, pointu comme une flèche, car notre ami chasse en volant, pas besoin donc de casser, broyer quoi que ce soit et de disposer d’un bec très allongé ou épais. Le martinet fonce dans les airs et gobe ses proie en déployant largement sa gorge ! Et ses yeux sont surmontés d’un genre d’arcade couvrant son regard et lui permettant certainement de protéger ses petite billes pendant le vol, car lancé à toute vitesse, elles subissent des mouvements d’air énormes !



Voici donc les quelques secrets d’un combo anatomique étonnant offrant aujourd’hui un petit bijou de vitesse de la nature. Et ce petit oiseau de chasse évolue habituellement de 40 à 100km/h, mais peut très bien pousser jusqu’à.. 200km/h en pic ! Bref, le Martinet passionne, intrigue, et il a tout pour nous donner envie de le protéger ! Alors, il est pas sublime le Martinet ? Pour finir en beauté, je te laisse (re)découvrir l'épisode de "Elle est pas belle la nature?" que j'ai réalisé à son sujet :


À l’occasion de la journée mondiale du Martinet, Faune Alfort a besoin de votre aide pour aider à nourrir et élever les petits résidents de l’association ! Par ici les dons : https://www.helloasso.com/associations/faune-alfort/collectes/aidez-nous-a-sauver-des-martinets


En attendant un prochain article par ici, tu peux me retrouver sur ma chaîne Youtube où je parle de nature et d'insolite, entre autre (abonne toi, lâche un com, pouce bleu, cloche, toussa stp) en cliquant ici

Tu peux me retrouver sur Twitter : @curiosiboite

Instagram : @laboiteacuriosites

À très vite pour des aventures remplies de nature folle et surprenante !


Marie

Sources et remerciements :


Merci à Céline de Faune Alfort de m'avoir expliqué toutes ces jolies choses sur le Martinet noir ! Merci à Stéphanie et Jean-François pour leur gentillesse et leur générosité ! Merci à Alessandro pour les images .


- Étude sur le vol des Martinet : http://www.plume-de-naturalistes.fr/wp-content/uploads/2020/05/05_CORNUET_05-2020_Martinet-noir2_Les-captures_Plume4_71-138.pdf


- Un champion de l'air : https://www.oiseaux.net/dossiers/gilbert.blaising/le.martinet.noir.html


- Petits conseils au cas où vous trouverez un Martinet, par la Hulotte : http://www.association-oiseaux-nature.com/wp-content/uploads/2015/07/Jai-trouvé-un-Martinet-à-terre-La-Hulotte.pdf


- La même chose, mais par la LPO : https://paca.lpo.fr/images/mediatheque/fichiers/section_soins_animaux/conseils/fiche_conseils_martinet.pdf


- Martinet et aéronautique : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-mieux-voler-inspirons-nous-martinet-deforme-ailes-10740/



#nature #biologie #cds #insolite #bousier #entomologie

Restez curieux en vous abonnant à la newsletter !

© La Boite à Curiosités, COPYRIGHT, 2019 by Marie