Restez curieux en vous abonnant à la newsletter !

© La Boite à Curiosités, COPYRIGHT, 2019 by Marie

Rechercher
  • Marie

Mes trois coups de coeur lecture du mois de Novembre !

Chaque mois j’ai décidé de vous faire une sélection des trois livres du mois m’ayant marquée ! Et ce mois ci, je vous emmène au travers de pages remplies de nature, de fantastique et d’insolite : L'homme qui savait la langue des serpents, Nature secrète, et The Voynich manuscript. Allez venez !




1) L’homme qui savait la langue des serpents, d’Andrus Kivirähk



Ce livre, je l’ai trouvé dans un bac de bouquins en vrac dans une librairie, et sa couverture un présentant une bestiole un peu étrange m’avait alors attiré l’oeil. Quand je l’ai montré à la libraire, ses yeux pétillaient, et elle m’a dit qu’il était absolument extraordinaire, un ovni, et un petit bijoux. Ni une ni deux, je suis donc repartie avec, intriguée.


Pour vous donner du contexte, ce livre d'un auteur Estonien a reçu de Grand prix de l’imaginaire du meilleur roman étranger en 2014, et a connu un vif succès suite à sa sortie en 2007 en Estonie, par sa dimension pamphlétaire du pays. J'y reviens à la fin.

« Il n’y a plus personne dans la forêt. Sauf les scarabées et autres petites bestioles, bien entendu. »

Voici donc l’histoire du dernier homme qui parlait la langue des serpents... Dans une époque médiévale réinventée qui se déroule en Estonie, on suit Leemet, homme des forêts, qui voit le monde de ses ancêtres rempli de magie et de créatures merveilleuses disparaitre au profit d’un monde plus moderne et terre à terre. Il voit ses amis sauvages partir en ville suite à l’arrivée des chevaliers teutoniques estoniens et perdre leurs croyances pour s’adonner à la chrétienté, mais lui décide de rester.

La langue des serpents n’est pas une langue à proprement parler, mais un panel de sifflements émis qui permettent aux hommes et aux animaux de se comprendre, et d’opérer une balance stable dans la nature, ou chacun donne, et prend sans briser l’équilibre de celle ci. Lorsqu’on la murmure, pas de chasse ni de violence, mais des animaux qui viennent s’offrir pour subvenir à la faim de chacun. Mais à l’époque de la narration, cette langue est déjà en déclin, et les plus jeunes habitants de la forêt n'en connaissent plus que des rudiments : "quelques mots parmi les plus courants et les plus simples, comme celui qui force un élan ou un chevreuil à s'approcher et à se laisser égorger, ou bien celui qui calme les loups". Seule exception, notre héros, dont l’oncle maitrise encore parfaitement cette langue, et qui lui transmet.

Cette histoire est le reflet de notre monde en quelque sorte, sur fond de fable écologique. Ou comment le monde moderne divise la nature et l’Homme, au travers de la solitude de notre héros, qui semble vouloir agir sans jamais y arriver totalement. Il est parfois sauvage, parfois aussi tenté d’intégrer ce monde moderne, mais pour autant, il reste ce qu’il est : un Homme de la forêt. Le personnage est aussi complexe que la nature dans laquelle il évolue, mais aussi drôle et attachant.

Ce livre m’a beaucoup fait pensé au superbe dessin animé Le jour des corneilles, ou encore parfois à princesse Mononoké. La nature contre le monde moderne, entre amour et guerre sanglante, l’Homme moderne voulant s’en détacher toujours plus, et celle-ci le rappelant à l’ordre quoi qu’il arrive.


Je me suis sentie parfois perdue, comme Leemet, à me demander ce que je faisais ici, dans cette ville froide et dénuée de toute magie, et à la fois à prendre conscience de la violence et de la puissance de la nature. Même entant qu’Homme moderne, la nature nous appelle, nous titille, et fait partie de notre ADN, bien au delà de nos artifices modernes, et elle le fera toujours. Cette force mystérieuse qui se dégage de la nature, et qui nous retranche dans notre bestialité. J’ai vraiment senti cette force incroyable tout au long du livre. Comment chérir et conserver les restes de notre Histoire non moderne? Comme lui donner de la valeur face à un monde qui se détache de tout naturel ?

Imprégné d’humour et de fantastique, vous découvrirez des personnages loufoques et attachants, vous vous laisserez surprendre par l’amour charnel des ours pour les femmes humaines, vous saliverez en sentant les odeurs de cuisine d’élan rôti de la mère de Leemet, sourirez en découvrant les poux géants de la forêt, aurez envie d’apprivoiser de jolies vipères royales, et verserez vos larmes au fil de cette histoire, chargée en émotions, qui éveillera vos sens au fil de ce qui devient finalement une introspection dans chaque page.

Ce roman est aussi une bonne occasion de s’intéresser et comprendre la situation du peuple Estonien, une postface très complète de Jean Pierre Minaudier est disponible à la fin du livre.

« Il faut préciser que l’identité nationale estonienne se fonde essentiellement sur la langue : les Estoniens sont très fiers d’avoir pu conserver durant des millénaires leur idiome pré-indo-européen et la culture qu’il véhicule, mais lils les sentent menacés par la modernité. L’extrême agressivité culturelle du pouvoir soviétique (russophone) qui les a opprimés durant un demo-siècle les a fortement alarmés, et la question se pose toujours, quoique autrement, dans notre monde anglophone et globalisé : les petites cultures, les minorités, les petits peuples, ont-ils un avenir ? »


Un livre qui donne envie d'aimer et chérir la nature, et nos racines. 470 pages de merveilles, foncez !


L'homme qui savait la langue des serpents

Kivirähk Andrus,

le Tripode

23 €



2) Nature secrète, de Patrick Baud et Pierre Kerner


Ah, la nature, encore et toujours. Elle a largement de quoi nous étonner, nous surprendre, bien au delà de ce que l’on espère. Ces espèces, on aurait pû les imaginer, et parfois c’est à se demander si ces animaux et ces végétaux sont bien réels. Et oui, ils le sont, et c’est au travers de 223 pages et de 100 espèces de folie que vous pourrez les appréhender. Cela permet de mettre en lumière des espèces encore peu connues, et de sublimer la richesse de la nature au travers d’un ouvrage juste et sublime.

Attention, ce livre est une explosion de couleurs et de matières, expérience visuelle garantie ! Les photographies en mettent plein les yeux, et les textes, saurons vous séduire par leur dose d’insolite. Et si parfois vous vous sentez un peu perdus au travers de certains termes, pas de panique, un glossaire généreux est disponible en fin d’ouvrage pour vous épauler dans la compréhension de certains mots.


Les photographies présentées nous offrent un regard que parfois nous n’oserions jamais avoir, par phobie, par peur de l’inconnu, face à la nature. Ici les auteurs nous prennent par la main, nous invitent à sortir du cadre en s’approchant de manière presque intimiste d’espèces qui peuvent parfois nous faire frissonner. Ici pas de danger, approchez vos yeux de l’araignée mirroir pour contempler ses facettes nacrées, et effleurez sans danger du bout des doigts les écailles surprenantes de la vipère velue. Ici il est question d'amour et aucune barrière ne saurait faire face à la curiosité du lecteur.



Ces pages sont encrées de magie. On ne se lasse pas de les tourner, de manière précautionneuse, du bout des doigts, comme pour protéger ces espèces de nos gestes, ici pourtant attentifs et émerveillés. La nature est surprenante, et dépasse même notre imaginaire en faisant de l’ombre à certaines créatures sorties tout droit de la tête de l’Homme ! Oubliez un instant les dragons, les bêtes chimériques et partez à la rencontre du gecko satanique, de la galathée poilue, de la guêpe coucou ou encore de la galère portugaise … Comment ne pas avoir le souffle coupé face à autant de richesse et de beauté ?


Encore une fois, c’est l’occasion de prendre un peu de recul sur le monde qui nous entoure. Car toutes ces merveilles, absolument magnifiques à découvrir, existent encore autour de nous, cohabitent, bien que nous ne les voyons pas. Et puis, puisque qu'on dit "je ne crois que ce que je vois" et bien voilà, maintenant grâce à ce livre, tu peux croire ! Croire en la magie de la nature. Toutes ces espèces sont vulnérables face à notre désir de domination de la planète. Nous vivons dans une ère où la nature est cachée, camouflée, dirigée, domestiquée par l’Homme, où la moindre araignée devient synonyme de peur par manque de connaissance. Ce livre est une belle occasion pour ouvrir son esprit et s’intéresser au fait que la nature est entrain de traverser très certainement une sixième extinction de masse, ou l’Homme est responsable plus que jamais de celle-ci. L’Homme doit protéger, chérir la nature environnante, et ces pages vous ferons prendre un peu de recul sur la situation.


Une occasion aussi de se réconcilier avec elle, et de la laisser nous conter ce qu’elle est capable de créer. Patrick Baud et Pierre Kerner sont les gardiens de ce message, et leurs pattes mutuelles donnent une jolie voix à la nature. Une collaboration poétique et riche en connaissances, qui fonctionne donc à merveille.


Encore donc un livre emprunt d’émotions riches au travers de sa lecture. Un ouvrage à conserver bien près de soi, et à léguer plus tard à nos enfants, pour qu’ils n’oublient jamais dans quel monde magique et insolite nous vivons.


Nature secrète,

de Patrick Baud et Pierre Kerner,

Editions Dunod

29 €

3) The Voynich manuscript, de Raymond Clemens et Deborah Harkness


Ici vous partez en exploration secrète : celle d’un des manuscrits les plus mystérieux du monde, conservé à l’université de Yale.


Ce manuscrit tire son nom de l'antiquaire qui l'a découvert en 1912 dans un coffre en Italie, Wilfrid Voynich. L’ouvrage comprend plus de 200 pages manuscrites et richement illustrées. Le problème est que personne jusqu'ici n'était parvenu à comprendre le langage manuscrit utilisé et la signification des illustrations… Qui sont pour le moins qu’on puisse dire, surprenantes. Les pages montrent des plantes non identifiées, des symboles astrologiques, botaniques, biologique, ou encore des dessins de femmes nues dans des bains. Ouvrage thérapeutique ? Légendes illustrées ? Nombreux ont crié au scandale, clamé au canular, et personne n’a encore réussi aujourd’hui à décrypter le manuscrit. Tout ce que l’on sait c’est que la datation au carbone 14 du support donne une fourchette allant de 1404 à 1438.



J’ai toujours été fascinée par cet ouvrage, en rêvant un jour de pouvoir le feuilleter, chose bien sûr relevant du fantasme. J’ai cherché des ouvrages de reproduction, des facs similés ayant été réalisés. Mais je ne sais pas trop pourquoi, cela perdait à mes yeux un peu en mystère. Je souhaitai un livre offrant des photographies du vrai manuscrit. Ce livre, édité directement par l’université de Yale, est un des rares à présenter donc des photographies du manuscrit original. Il faut savoir qu’une petite maison d'édition basée dans le nord de l'Espagne, Siloe, a finalement obtenu après dix ans d'efforts l'autorisation de le reproduire à l'identique et d'en diffuser près de 898 copies, mais attention, chaque reproduction coute entre 7800 et 8900 dollars … J’en reste donc à mon ouvrage de photographies !



Le livre The Voynich Manuscript vous plonge donc dans le manuscrit au complet (il manquerait 28 pages si on se fie à la pagination, mais il a été trouvé tel quel). Les illustrations sont complètement délirantes, mêlant botanique, alchimie et astrologie. Les plantes présentées sortent comme d’un autre monde, et même si on est pour l’instant incapables de décoder l’écriture utilisée, on se laisse volontiers envouter par la magie des illustrations, et cette écriture ronde et longue, comme elfique, ou magique. Les couleurs des encres ont gardé leur charme, ce qui offre une expérience visuelle des plus ravissante. Les photographies détaillées nous font ressentir le grain du vélin utilisé, et la magie opère largement. Des sous pages qui se déplient nous immergent davantage dans le mystère du manuscrit. Une page centrale se dépliant en immense est le clou de l’ouvrage.


On a à la fois envie de percer le mystère qui pèse dans ces pages, et en même temps, le secret nous tiens en haleine et nous fait rêver. Chacun sa propre interprétation et ses propres convictions, donc au fond de moi j’espère parfois qu’il ne sera jamais décodé, pour rester à jamais dans mes rêveries …


Foncez-donc découvrir ce mystère sur papier, et pourquoi pas … Le résoudre ?

Petit article sympa pour en savoir plus sur cette histoire insolite : https://www.nationalgeographic.fr/sciences/le-mysterieux-manuscrit-de-voynich-aurait-il-ete-decrypte

The Voynich manuscript,

Raymond Clemens et Deborah Harkness,

Yale

43 €


Voilà de quoi nourrir nos petits esprits congelés en cette période de froid qui s’installe. Des ouvrages qui par l’écriture, l’illustration, la photographie, nous offre la possibilité de découvrir la nature sous un angle nouveau, rempli d’amour et de surprises …

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura fait rêver, je vous prépare mes coups de coeur du mois de Décembre, promis ! N'hésitez pas à me donner des retours :)


Du love et des bestioles,


Marie